• Récit (le mort-vivant du scientifique fou) (1/4)

    Un scientifique occupé à travaillé sur l'amélioration d'un virus,se fera attaqué alors qu'il sortait de la pièce.
    il tombera par terre,sa tête heurtera une table basse,l'homme meurt sur le coup,l'attaquant reprendra conscience trois à cinq minutes après.
    - j'ai encore perdu le contrôle... une odeur familière ? bon sang ! s'écria-t-il
    en découvrant le corps inerte et mort du scientifique.
    - c'est moi qui à fait ça ?
    l'homme approchera et se couchera sur le cadavre du scientifique.
    à ce même moment,deux policiers arrivent,ils découvre dans le laboratoire.
    - bon sang ! ce crétin de scientifique à osé.
    - à osé quoi fit son collègue
    - il a réussi là où nulle n'a jamais tenté.
    - mais cet homme,c'est un mort !
    -Oui,il est mort,pareil pour le type au sol.
    - en quoi suis-je mort ? intervient l'homme en se redressant.
    - un ZOMBIE ! SAUVEZ-VOUS !
    - Quoi ? mais hé ! revient ici
    le collègue du policier s'était mis à fuir.
    - moi ? un zombie..
    - non,un cadavre réanimé coupa le policier.

    l'homme observé les alentours,se mit à bailler,le policier était aller chercher son collègue,le temps de l'apaiser sur sa peur.
    - un zombie n'est pas un monstre,il est pacifique.
    - pacifique,oui,mais je ne suis pas domestique répond l'homme intervenant au milieu de la conversation.
    - je n'ai jamais dis ça ajouta le policier.
    - mais vous le pensiez,que un zombie,c'est docile comme un chien,et qu'il obéit mieux qu'un vivant.
    - pardon ?
    - le scientifique le disait,"que les morts sont plus obéissant que les vivants,pour moi,c'est une aberration.
    - c'est justifié,le mot aberration,à ce propos,tu es une,puisque un cadavre n'est pas censé vivre !
    - où vous voulez-vous en venir ?
    - que ta place est dans les limbes ! va-t-en dans les enfers !
    - les limbes ? qu'es-que c'est ? les enfers,c'est quoi ?

    les deux policiers durent sortir leurs armes à feu,l'homme comprends qu'il ne pouvait pas continué à les suivre,il décide de partir,alors qu'il marchait,il découvre une grande ville
    - j'ai le cerveau qui débloque,où ai-je bien vu,ce que je vois ?

    justement un des résidents était là,occupé à faire du vélo,il ne tardera pas à faire une chute conséquente,le mort-vivant se sentis forcé à intervenir,il stoppe la chute du cycliste,le vélo alla se fracassé dans le vide.
    - qui êtes-vous ?
    - accroche-toi à moi,je vais de sortir d'ici.
    - d'accord,je ne désire pas mourir.
    l'homme transportera le cycliste jusqu'à remonter par étapes, la pente dangereuse,puis rejoindre en grimpant sur le sol.
    - merci,tu m'as sauvé la vie.
    - ce n'est que par plaisir,que je l'ai fais.
    - vous aviez l'air bien fatigué,je vous invite chez moi,vous venez ?
    - pourquoi pas.

    « Je bégayais alors j'ai fait semblant d'être muet Récit (le mort-vivant du scientifique fou) (2/4) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :